Votre profilVotre historiqueVotre panierCommanderValider
Accueil
Accueil NewsL'auditionVos questionsLiens utilesContactsNewsletter
 
audition news - piles auditives, boutique de l'audition -
   Le Catalogue infos:01.69.40.25.40 Piles auditives Produits d’entretien Hygiène de l’oreille Embouts, ailettes Téléphones amplifiés Casques télévision Protection auditive Réveils Montres Autres accessoires Acouphène
Site sécurisé
Page 1 sur 29
Nouvelle thérapie pour les acouphènes
Des essais cliniques ont montré que porter un casque émettant une série de tonalités différentes s’accordant avec la fréquence spécifique des acouphènes peut les réduire. L'essai clinique a aidé sept patients sur dix souffrant d'acouphènes chroniques. Un essai clinique a montré qu'une thérapie appelée neuromodulation acoustique (Acoustic Coordinated Reset - ACR) peut réduire l'intensité ainsi que la gêne causée par les acouphènes chez sept patients sur dix. L'essai clinique a comparé la neuromodulation acoustique avec un traitement de contrôle chez 63 personnes souffrant d’acouphènes chroniques depuis longtemps. Dans l'essai clinique, les patients devaient porter un casque spécial pendant quelques heures chaque jour. Le casque émet une série de tonalités accordées à la fréquence caractéristique des acouphènes du patient. Ceci perturbe les schémas de production d’acouphènes par les cellules nerveuses du cortex auditif responsables des signaux acouphéniques. Les acouphènes sont devenus plus faibles et moins gênants Les volontaires ont d'abord été priés de faire correspondre la tonalité de leurs acouphènes avec l'une des nombreuses tonalités jouées pour eux. Les scientifiques ont découvert que jouer pour les personnes souffrantes la même tonalité que celle qu’ils «entendent» dans leur esprit empêche les cellules auditives du cerveau de créer le bruit perçu. La tonalité a été jouée à tous les bénévoles grâce à écouteurs intra-auriculaires pendant quatre à six heures par jour pendant 12 semaines. Les écouteurs ont été ensuite enlevés pendant quatre semaines puis à nouveau remis en place à des intervalles réguliers de 22 semaines. A la fin du processus, environ sept personnes sur dix ont déclaré que leurs acouphènes étaient devenus plus faibles et moins gênants. En moyenne, l'intensité de leurs symptômes est réduite de moitié. Pour ceux qui ont reçu le traitement de contrôle, les changements ont été limités et non significatifs. Le cerveau "déprogramme" Avec la neuromodulation acoustique (ACR), l'essai clinique a montré que le cerveau arrive à «désapprendre» les processus neurologiques qui lui font générer les bruits "fantômes" des acouphènes. L'essai clinique a été dirigé par le professeur Peter Tass au Centre de Recherche de Jülich en Allemagne. Les résultats sont publiés dans la revue Restorative Neurology and Neuroscience. La neuromodulation acoustique (ACR) a été à l'origine développée à partir de thérapies pour les maladies neurologiques telles que la maladie de Parkinson. Sources: www.telegraph.co.uk et www.independent.co.uk
Etre malentendant au bureau: quelques conseils!
Les personnes malentendantes qui travaillent dans des bureaux éprouvent fréquemment des difficultés lors de l'exécution de certaines tâches courantes telles que répondre au téléphone, participer à des réunions ou simplement communiquer avec leurs collègues. Vous trouverez ci-dessous quelques conseils susceptibles de faciliter la vie à ces personnes et à leurs collaborateurs. La pièce doit être bien éclairée, mais pas au point d'aveugler ses occupants. L'éclairage doit être orienté de façon à ce que la personne malentendante ait une vision claire du visage de son interlocuteur. Les grandes baies vitrées qui inondent les bureaux d'une lumière trop vive devraient être évitées. Les reflets peuvent en effet empêcher la personne malentendante de bien voir le visage de son vis-à-vis. Le nombre de sources sonores dans une pièce donnée doit être strictement limité. La multiplication de sources de bruit crée la confusion et est une source d'énervement. Evitez les bruits de fond causés par des radios, des ventilateurs et d'autres appareils électriques. Le bruit de fond ainsi généré peut paraître insignifiant pour les personnes ayant une bonne ouïe, mais les utilisateurs d'appareils auditifs perçoivent ces sons de manière beaucoup plus forte, ce qui diminue d'autant leur capacité de compréhension de la parole. L'acoustique des locaux est une donnée importante. Les surfaces dures et nues possèdent une résonance qui peut être très gênante. On peut aisément améliorer les propriétés acoustiques d'un local en y installant par exemple des coussins spéciaux ou des panneaux alvéolés, ou en plaçant simplement des tentures et du tapis. Dans les bureaux paysagers, l'installation de cloisons est efficace. Il peut être utile de modifier le timbre de la sonnerie du téléphone lorsque celle-ci est difficile à distinguer d'autres bruits. Il existe également des téléphones munis de vibreurs et/ou capables d'émettre des signaux lumineux clignotants lorsque leur sonnerie retentit. Si la personne malentendante éprouve des difficultés à bien entendre les voix au téléphone, le signal peut être amplifié, ou le téléphone peut être équipé d'une boucle d'induction. Il arrive que les boucles d'induction captent certaines interférences émises par les écrans d'ordinateurs, mais ce problème peut être résolu en remplaçant les écrans à tube cathodique (CRT) par des écrans à matrice active (TFT). Pour l'employé malentendant, l'utilisation régulière du courrier électronique via l'intranet de l'entreprise est un moyen simple de se faciliter la vie. Les sonnettes peuvent être équipées d'une lampe clignotante ou d'un petit vibreur afin de signaler à une personne malentendante que quelqu'un a sonné et attend devant la porte.
La stéréophonie, c’est mieux!
Deux appareils auditifs, c'est mieux! Selon plusieurs études, les utilisateurs d’appareils auditifs préfèrent en utiliser deux plutôt qu’un seul. Deux appareils auditifs leurs permettent de mieux pouvoir suivre les conversations que ceux qui n’en utilisent qu’un seul. Selon une étude néerlandaise, 93 pourcent des personnes qui ont essayé un ou deux appareils auditifs préfèrent en utiliser deux. L’étude a trouvé que deux appareils auditifs permettaient une meilleure reconnaissance de la parole et une meilleure discrimination des sons. Ces résultats étaient confirmés par une étude suédoise qui indique que deux appareils auditifs améliorent la reconnaissance de la parole de 18 pourcent contre cinq pourcent lorsqu’un seul appareil auditif est utilisé. Tout comme les participants de l’étude néerlandaise, une majorité des participants suédois préfèrent porter deux appareils auditifs plutôt qu’un seul. Plus de 60 pour cent des participants de l’étude suédoise estimaient que deux appareils auditifs étaient plus efficaces qu’un seul. L’étude néerlandaise comprend 214 participants et a été effectuée par le Centre Médical Académique de l’Université d’Amsterdam. L’étude Suédoise comprend 190 participants adultes et a été effectuée par la Karolinska Instituttet de Stockholm. Pourquoi? Les avantages de la stéréophonie: Le port d'une aide auditive accroît la quantité d'informations reçue par vos oreilles, mais la stéréophonie est bien souvent essentielle pour discriminer les sons utiles, notamment dans un environnement bruyant. Elle permet une meilleure localisation des sons, une meilleure compréhension de la parole dans le bruit ainsi qu'une amélioration du confort auditif global. Une meilleure localisation spatiale des sons: Un fonctionnement simultané et équilibré de nos deux oreilles assure l'effet de directivité qui permet de localiser d'où vient le son. Notre cerveau est capable d'analyser le déphasage c'est-à-dire le court laps de temps qui sépare l'arrivée d'un son d'une oreille à l'autre, ce qui lui permet de localiser la provenance du son. En appareillant les deux oreilles, la perception de ce déphasage est rétablie, ce qui améliore la localisation spatiale des sons. Une meilleure compréhension dans le bruit: Corriger une seule des deux oreilles déficientes permet d'améliorer l'écoute dans le calme mais ne résout pas le problème de différenciation dans le bruit. De plus, la localisation des différentes sources sonores facilite leur discrimination: la parole est mieux séparée du bruit ambiant. Une meilleure qualité sonore: Le fonctionnement simultané de nos deux oreilles élargit notre champ auditif comme nos deux yeux le font pour notre champ visuel. De même, avec deux aides auditives, on augmente le champ de réception sonore de 180 à 360 degrés en donnant une sensation relief sonore. Les recherches ont démontré qu'avec une seule aide auditive, l'oreille non appareillée tend à perdre sa capacité d'analyser et de comprendre la parole. Cliniquement, cela s'appelle l'effet de privation auditive. A contrario, ceux qui portent deux appareils gardent les deux oreilles actives et efficaces.
Une étude compare Lyric avec des aides auditives numériques: Equivalence confirmée
Résumé: Une étude a été menée au « Hörzentrum Oldenburg » (Centre Auditif d’Oldenbourg) en Allemagne, afin de comparer Lyric à des aides auditives numériques. Les 12 participants étaient des utilisateurs expérimentés d’aides auditives numériques. Ils ont d’abord passé différents tests avec leurs propres appareils. Les mêmes mesures ont été répétées après l’appareillage Lyric et une phase d’accoutumance. Il s’agissait en l’occurrence de tests vocaux dans le calme et dans le bruit, ainsi que d’un test de localisation et d’une mesure de l’effort auditif. Les résultats ont montré que, sur toutes les mesures entreprises, Lyric pouvait faire jeu égal avec l’aide auditive numérique. Malgré sa technologie analogique et ses possibilités de réglages relativement modestes, Lyric ne s’est pas révélé être désavantageux pour les patients. L’étude a aussi montré qu’en raison de son positionnement particulier dans le conduit auditif, Lyric ne convenait pas à tous les patients. Confortable dans l’oreille, Lyric peut conduire à un haut niveau de satisfaction des patients, grâce à son invisibilité et à la suppression de toute manipulation. Introduction: Le traitement analogique du signal de Lyric paraît simpliste comparé à celui des aides auditives numériques modernes à canaux multiples. Ces dernières offrent une multitude de possibilités de réglages, des fonctions souvent adaptatives qui s’ajustent à l’environnement auditif, ou disposent de technologies de microphones directionnels. Par contre, les possibilités de réglages de Lyric sont limitées et il ne dispose d’aucune fonction adaptative. Son positionnement profond dans le conduit auditif permet néanmoins d’exploiter au mieux les effets acoustiques naturels du pavillon de l’oreille et du conduit auditif. Ceux-ci contribuent fortement à atteindre une qualité sonore naturelle aussi élevée que possible et une bonne intelligibilité vocale. But de l‘étude: Le but de l’étude était de répondre à cette question: malgré sa technologie analogique, Lyric peut-il offrir aux patients des bénéfices équivalents à ceux des aides auditives numériques? La réponse devait s’appuyer sur des mesures objectives Configuration de l‘étude: Un ensemble de mesures a été réalisé chez les 12 participants à l’étude, dès leur première visite, avec leurs propres aides auditives numériques. L’appareillage Lyric a eu lieu au cours du second rendez-vous. Une session de contrôle a eu lieu trois jours plus tard, afin de vérifier le confort de port et de faire passer le test vocal de Fribourg. Un autre rendez-vous a été fixé après une période d’utilisation d’environ une semaine pour faire les autres mesures. Les mesures vocales ont été faites avec le test vocal de Fribourg à des niveaux de 50 et 65 dB. Le test de phrases d’Oldenbourg (OLSA) a été utilisé pour déterminer l’intelligibilité vocale dans le bruit. Il a été mené dans deux conditions de mesures différentes: 1. Avec le signal vocal et le bruit perturbant venant de l’avant (SON0) 2. Avec le signal vocal frontal et le bruit perturbant venant de l’arrière (SON180). Pour ce test, les sujets sélectionnaient leur programme individuel pour les situations bruyantes, programmé par leur audioprothésiste lors de l’appareillage dans son centre. La localisation a été mesurée à l’aide de haut-parleurs placés en cercle. Une bouffée de bruit à pondération vocale d’une durée de 1 seconde était émise par l’un des huit haut-parleurs et le sujet devait indiquer de quel haut-parleur elle provenait. Pour ce test, chaque direction a été testée 2 fois. La mesure de l’effort auditif a été faite en présentant au sujet des phrases du test de phrases d’Oldenbourg à différents rapports du signal au bruit (-6 dB, -3 dB, 0 dB, +3 dB, +6 dB, +9 dB, +12 dB) dans les conditions SON0. Les sujets devaient ensuite évaluer l’effort auditif sur une échelle de 13 niveaux. L’échelle s’étendait de «sans peine» à «extrêmement difficile». Les RSB positifs et le RSB 0 (0 dB à +12 dB) ont été mesurés oreilles nues. Les mesures avec appareil ont été faites avec la gamme de RSB de -6 dB à +6 dB. Participants: 12 sujets de sexe masculin, âgés en moyenne de 65 ans, ont participé à l’étude. Le plus âgé avait 81 ans et le plus jeune avait 30 ans. Les pertes auditives des sujets ont été choisies pour correspondre à la plage d’application de Lyric. Trois des sujets ont retourné prématurément les appareils et n’ont pas participé à toutes les mesures. Le nombre de jeux de données qui ont été prises en compte dans chaque présentation de résultats est précisé dans la légende de chaque figure. Résultats du test vocal : Les résultats du test vocal de Fribourg, représentés figure 1, montrent que, pour les deux niveaux de présentation, les sujets ont obtenu en moyenne les mêmes scores avec Lyric qu’avec les aides auditives numériques. Les résultats obtenus avec les deux types d’appareils sont nettement meilleurs que les résultats obtenus oreilles nues. Figure 1: Moyenne des résultats et écarts-types obtenus avec le test vocal de Fribourg pour 50 et 65 dB (n=12, Lyric n=11) Les résultats du test OLSA de la figure 2 représentent le rapport moyen du signal au bruit pour lequel les sujets comprennent correctement 50% des mots du test. Un RSB plus faible est obtenu avec Lyric, en particulier quand la parole vient de l’avant et le bruit de l’arrière. On observe aussi sur ce test que les résultats sont meilleurs avec les deux types d’appareils qu’oreilles nues. Figure 2: Moyenne des résultats OLSA et écarts-types pour toutes les conditions de mesure (n=12, Lyric n=9) Autre résultats: Les résultats du test de localisation ont montré moins d’erreurs, en moyenne, avec Lyric (figure 3), car les sujets pouvaient mieux localiser les signaux tests venant de l’avant ou orientés vers l’avant. Pour les localisations arrières et latérales, les deux appareils donnaient les mêmes résultats, révélant en particulier une nette amélioration, surtout vers l’arrière, par rapport aux résultats obtenus oreilles nues. Figure 3: Ecart moyen entre les directions indiquées et réelles dans le test de localisation (n = 10) Aucune différence n’a pu être observée entre les différentes conditions de mesure du test d’effort auditif. Lyric et les aides auditives numériques obtenaient en moyenne des appréciations comparables. Conclusion: Avec son traitement analogique du signal, Lyric offre évidemment beaucoup moins de possibilités de réglages et moins de fonctions que les aides auditives numériques. Dans le cadre de cette étude, les résultats des mesures montrent cependant que Lyric arrive au même niveau que les aides auditives numériques. On peut clairement observer que la différence de technologie n’est pas un inconvénient pour les utilisateurs de Lyric en termes d’intelligibilité vocale dans le calme comme dans le bruit ou de localisation spatiale. Globalement, l’image des deux systèmes est comparable. On peut donc répondre oui à la question posée en introduction qui était de savoir si, malgré la technologie analogique, Lyric offrait aux utilisateurs les mêmes avantages que les aides auditives numériques. Cette étude a aussi montré que Lyric ne convenait pas à chaque conduit auditif ou à chaque patient. Surtout en raison d’impératifs anatomiques qui sont sans importance pour les aides auditives traditionnelles. Avec un confort satisfaisant dans l’oreille, Lyric peut conduire à un haut niveau de satisfaction des patients, grâce à son invisibilité et à la suppression de toute manipulation. source: jens.tenholder@phonak.com
Siemens soutient l’association AuditionSolidarité.org en lui offrant des contours d’oreille
Siemens Audiologie, en tant que de mécène, vient d’adresser un don de 150 appareils auditifs de type contours d’oreille à l’association AuditionSolidarité.org. Siemens soutient l’association depuis 2010, à travers l’attribution d’aides auditives, la prise en charge de campagnes de communication pour la collecte d’appareils (affichage dans les salles d’attente de médecins, d'audioprothésistes…) et l’envoi de matériel d’information et de formation pour les écoles et les équipes locales formées par AuditionSolidarité.org.