Votre profilVotre historiqueVotre panierCommanderValider
Accueil
Accueil NewsL'auditionVos questionsLiens utilesContactsNewsletter
 
audition news - piles auditives, boutique de l'audition -
   Le Catalogue infos:01.69.40.25.40 Piles auditives Produits d’entretien Hygiène de l’oreille Embouts, ailettes Téléphones amplifiés Casques télévision Protection auditive Réveils Montres Autres accessoires Acouphène
Site sécurisé
Page 8 sur 31
Les casques motos font du bruit!
Si les casques de moto protègent le cerveau des motards, ils pourraient en revanche les exposer à une perte auditive. Des chercheurs ont en effet établi que le rugissement du moteur d'une Harley, certes puissant, n’était rien comparé au bruit généré par l'air qui s’engouffre dans le casque. Même à vitesse légale, le bruit peut dépasser les niveaux de sécurité.

Pour mettre en lumière ce phénomène, les scientifiques de l’université de Bath (Royaume-Uni) ont équipé un mannequin d’un casque de moto et l’ont installé dans une soufflerie. A l’aide de microphones placés à différents endroits du casque et à l'oreille du mannequin, ils ont identifié qu’une zone sous le casque et près du menton était une source importante de bruit, en mesure d’affecter les tympans des motards sensibles. L'équipe, qui a également étudié la façon dont l'angle du casque et la vitesse du vent pouvaient influencer le volume sonore, prévoit de nouveaux essais en condition réelle, sur une route. A terme,  les chercheurs estiment que les résultats de leurs recherches, publiés dans le Journal of the Acoustical Society of America, pourraient être utilisés à l’avenir pour concevoir des casques plus silencieux.

 

Source : American Institute of Physics

L’acteur Jean-Claude Van Damme présente une dégradation de son audition suite aux bruits intenses subis sur les plateaux de tournages
Dans la plupart de ses films, Jean-Claude Van Damme a été exposé à des bruits d'inténsité élevée tels que des explosions, des cris ou des bruits de moteurs. L'exposition répétée à des bruits de forte intensité a probablement dégradé son acuité auditive. Jean-Claude Van Damme, qui a notamment joué dans Blood Sport et Universal Soldier, a passé un audiogramme qui révèle une perte d'audition sur les hautes fréquences. Ses fréquences jouent un rôle prépondérant dans la compréhension de la parole notament en milieu bruyant.

Selon son médecin, il Jean-Claude Van Damme a des difficultés à entendre lorsque plusieurs personnes parlent en même temps. Il entend les sons, mais ils n’ont pas de sens. Vous entendez, mais sans ne pouvoir comprendre, dit son médecin. Les médecins lui ont recommandé de protéger son audition afin de ne pas l’aggraver davantage.

van-damme.jpg

Des enfants sourds chantent l’opéra
Bonheur, de la musique de partout, des enfants sourds et un chanteur d’opéra dans une robe orange font partis des éléments d’un opéra peu conventionnel.

Un journée de classe ordinaire pour les enfants sourds de l’école de Møllevang à Aarhus a suivi un déroulement bien différent. Leurs pupitres ont été remplacés par des accessoires de théâtre, une scène et des chants d’opéra bruyants, et cela ne peut qu’être bruyant lorsque des enfants sourds chantent de l’opéra. Le projet s’intitule : « Ecoute moi » et est le résultat d’une coopération entre l’école et différents artistes, un auteur, un compositeur et un chanteur d’opéra.

« Nous voulons dépasser les barrières traditionnelles, » déclare Mette Lauritsen, l’une des enseignantes lié au projet. « Rencontrer des artistes professionnels qui ont une différente approche envers les enfants développent l’image de ces derniers. En plus de s’occuper de leur capacité à entendre, nous nous occupons également

Comment les enfants sourds peuvent-ils chanter de l’opéra?
L’opéra est basé sur l’humour et par la combinaison de petites scènes, donne la réponse sur comment des enfants sourds peuvent chanter l’opéra. « C’est paradoxal de faire chanter de l’opéra à des enfants sourds. C’est comme le tournage aveugle d’un film, mais ceci sont les barrières que nous voulons dépasser», déclare Mette Lauritsen.

Ce n’est pas de l’opéra dans le sens classique, par lequel les sons sont principalement produits par le chant. Lorsque l’enfant sourd chante, il y a des cloches, des chants rythmiques, du stomping, des mouvements, de la trompette et de jeux et une symphonie de sons est créée qui fait vibrer toute la salle de classe.

Les enfants au centre de la scène:
Les enfants font partis du projet depuis le début. Ils ont participé à l’écriture des textes, à la chorégraphie et à la mise en scène. Même si les chants sont laissés à un professionnel, les enfants jouent un rôle important dans la représentation.

« Le meilleur lorsque l’on est sur la scène est de pouvoir dire « shh » à un chanteur d’opéra, » dit en riant Maja Elrun. Elle fait partie des 30 enfants qui participent au projet. Au milieu de la représentation, elle doit dire au chanteur de se taire afin de pouvoir lire son texte à haute voix et pouvoir être entendu.

Le projet donne de la confiance en soi!
« Les enfants ont beaucoup apprit par ce projet. Ils ont travaillé ensemble avec les autres de la classe et cela a renforcé l’amitié qui les rassemble. Ils ont beaucoup travaillé avec les mouvements, et ont amélioré leur sens du rythme et le contrôle de leur corps. Mais le plus important, ils ont dépassé leur peur en osant monter sur la scène et démontrer que les enfants sourds peuvent jouer de l’opéra, » explique Mette Lauritsen.

De nombreux enfants qui participent au projet ont un implant cochléaire. Ceci nécessite beaucoup de temps avant de pouvoir voir les résultats complets qu’entraînent un implant cochléaire. Avec l’opéra, l’enfant s’adapte à de nombreux nouveaux sons.

Le projet se termina par une représentation devant les autres enfants de l’école ainsi qu’une représentation à guichet fermé pour les parents et autres intéressés.

opera.jpg

Source: Enseignante Mette Lauritsen

Rugby: Insérez dans votre agenda le calendrier de la coupe du monde 2011 en Nouvelle-Zélande
Parce que nous aussi nous sommes fans de rugby, importez dans votre agenda l'intégralité du calendrier des matchs de la coupe du monde de rugby 2011 qui se déroule en Nouvelle-Zélande. Cela n'a aucun rapport avec l'audition ou les appareils auditifs, je vous l'accorde mais cela peut vous intéresser quand même!

Vous y trouverez toutes les dates de matchs ainsi que les horaires, le tout calé sur l'heure française. Il vous suffit de cliquer sur le lien ci-dessous.

 

 

La coupe du monde de rugby à XV de 2011 est la septième édition de la coupe du monde de rugby à XV et se déroulera du 9 septembre au 23 octobre 2011 en Nouvelle-Zélande. Le pays organisateur a été choisi en novembre 2005. Il s’agit de la troisième phase finale de Coupe du monde se disputant sur le sol océanien. 

Dans le but de désigner les équipes disputant le tournoi final, de 2008 à 2010 les sélections nationales de 81 pays ont participé à une phase de qualification

Bons matchs à tous ceux qui suivront cet évènement.

Le contexte règlementaire de la prévention des risques liés à l’exposition au bruit
Le cadre réglementaire de la prévention des risques liés à l’exposition au bruit est identique à celui de tout autre risque. La prévention des risques professionnels s’appuie sur une démarche dont les principes généraux sont édictés par le Code du travail (article L. 4121-2).

Principes généraux d’une démarche de prévention : principales obligations de l’employeur

  • Eviter les risques
  • Evaluer les risques qui ne peuvent être évités
  • Combattre les risques à la source
  • Agir sur les conditions et l’organisation du travail (choix des équipements, des procédés, des substances…)
  • Former et informer les salariés sur les risques et leur prévention
  • Prendre des mesures de protection collective en leur donnant la priorité sur les mesures de protection individuelle

Articles L. 4121-1 à L. 4121-5 du Code du travail

Le bruit fait l’objet d’une réglementation qui vise à protéger les travailleurs contre les risques liés à une exposition prolongée. Depuis 1963, il est reconnu comme cause de maladies professionnelles (tableau n° 42 du régime général et tableau n° 46 du régime agricole).

L’évaluation du risque se fait essentiellement par rapport au niveau d’exposition sonore quotidienne exprimé en dB(A). La réglementation se réfère également au niveau de pression acoustique de crête qui correspond à des bruits intenses mais courts.

La réglementation en la matière, qui a récemment évolué avec la transcription de la directive européenne 2003/10/CE par le décret n° 2006-892 du 19 juillet 2006, s’articule autour de 3 principaux axes.

 1- Agir sur l'environnement de travail

  • Réduire le bruit à la source : obligations des fabricants 

- Concevoir des machines silencieuses
- Informer sur le niveau sonore des machines

  • Insonoriser les locaux : obligations des maîtres d’ouvrage 
  • Réduire le bruit dans les locaux : obligations des employeurs 

- Mise en œuvre de principes généraux de prévention 
- Réduire le bruit dans les locaux 
- Utiliser les locaux conformément à leur destination.

2- Evaluer les risques

  • Estimer les risques 
  • Mesurer les risques (voir mesurage).

 

3- Protéger les travailleurs exposés 

Les exigences de la réglementation sont basées sur la comparaison de l’exposition sonore du salarié à différents seuils: si ces seuils sont dépassés, certaines actions doivent être entreprises.

  • L’exposition est évaluée à partir de deux paramètres:
  • L’exposition «moyenne» sur 8 heures (notée Lex,8h)
  • Le niveau de bruit impulsionnel maximal, dit «niveau crête» (noté Lp,c.)

Chacun de ces deux paramètres est comparé à 3 seuils:

  • Valeur d’exposition inférieure déclenchant l’action (VAI): c’est le seuil le plus bas; il déclenche les premières actions de prévention;
  • Valeur d’exposition supérieure déclenchant l’action (VAS): c’est le 2e seuil; des actions correctives doivent être mises en œuvre;
  • Valeur limite d’exposition (VLE): ce troisième seuil est un élément nouveau dans la réglementation. Il ne doit être dépassé en aucun cas. A la différence des seuils précédents, il prend en compte l’atténuation du bruit apportée par les protecteurs individuels.
Seuils Paramètres
Ancienne réglementation
Nouvelle réglementation
Valeur d’exposition inférieure déclenchant l’action (VAI) Exposition moyenne (Lex,8h)
85 dB(A)
80 dB(A)
Niveau de crête (Lp,c)
135 dB
135 dB(C)
Valeur d’exposition supérieure déclenchant l’action (VAS) Exposition moyenne (Lex,8h)
90 dB(A)
85 dB(A)
Niveau de crête (Lp,c)
140 dB
137 dB(C)
Valeur limite d’exposition (VLE*) Exposition moyenne (Lex,8h)
Aucune
87 dB(A)
Niveau de crête (Lp,c)
Aucune
140 dB(C)
Position du niveau d’exposition
Exigence
Quel que soit le niveau
puce Evaluation du risque
puce Suppression ou réduction au minimum du risque, en particulier à la source
puce Consultation et participation des travailleurs pour l’évaluation des risques, les mesures de réduction, le choix des PICB
puce Bruit dans les locaux de repos à un niveau compatible avec leur destination
Au dessus de la valeur d’exposition inférieure déclenchant l’action(VAI)
puce Mise à disposition des PICB
puce Information et formation des travailleurs sur les risques et les résultats de leur évaluation, les PICB, la surveillance de la santé
puce Examen audiométrique préventif proposé
Au dessus de la valeur d’exposition supérieure déclenchant l’action(VAS)
puce Mise en œuvre d’un programme de mesures de réduction d’exposition au bruit
puce Signalisation des endroits concernés (bruyants) et limitation d’accès
puce Utilisation des PICB
puce Contrôle de l’ouie
Au dessus de la valeur limite d’exposition (VLE) (compte tenu de l’atténuation du PICB)
A ne dépasser en aucun cas; mesures de réduction d’exposition sonore immédiates

4- La prévention

Lorsque tous les moyens de protection collective contre le bruit ont été envisagés et qu'ils n'ont pu être mis en œuvre soit pour des raisons techniques, soit pour des raisons financières, on peut recourir à des protecteurs individuels. Ils sont peu coûteux, mais pas toujours bien acceptés du fait de leur inconfort.

On peut considérer que les cabines insonorisées pour le personnel sont des protections individuelles.

Les protecteurs individuels contre le bruit (PICB) reposent tous sur le même principe : former un obstacle à l'accès des ondes sonores dans l'appareil auditif.

Dans la pratique, on distingue deux catégories de matériels :

Pour qu'un PICB joue bien le rôle de protection, il doit être :

  • efficace, c'est-à-dire affaiblir suffisamment le bruit auquel est exposé le sujet ;  
  • le plus confortable possible (fabrication sur mesure); 
  • porté en permanence.

Un PICB peut couramment permettre un affaiblissement global de 20 dB(A). Cependant, il est important de prendre en compte le fait que, dans les conditions de port, au cours de la journée, l'atténuation réelle est souvent très inférieure à l'affaiblissement indiqué par le fabricant. D'autre part, tout retrait de PICB au cours de la journée de travail réduit très vite son intérêt. Par exemple, pour une exposition de 8 heures à 100 dB(A) avec un PICB atténuant de 30 dB(A), le non-port du PICB pendant une minute diminue la protection effective de 5 dB(A).

Source INRS